0766028262 florent@teamidite.com

5 conseils pour une meilleure affirmation de soi

L’affirmation de soi, également appelée assertivité, fait souvent défaut aux personnes timides et n’ayant pas confiance en elle. En effet, cela implique de se dévoiler, de se mettre en avant ou parfois d’exprimer une opinion contraire aux autres. Pas forcément facile à faire quand on n’en a pas l’habitude.

Mais pourtant nécessaire pour mener la vie que l’on veut et être la personne que l’on veut. Etre affirmé n’est ni inné ni naturel car nous avons hérité de nos lointains ancêtres que 2 manières de réagir face à un événement stressant : la fuite ou l’attaque.

Pour les situations sociales que nous vivons à l’heure actuelle, les réactions naturelles sont donc l’inhibition ou l’agressivité. Une personne timide et qui n’a pas confiance en elle adoptera plus facilement le comportement inhibé, en mode pilote automatique, sans même réfléchir à ce qu’elle veut. Elle réagira simplement par rapport à l’émotion désagréable qu’elle est en train de vivre et non par un choix raisonné.

Voyons comment se libérer de nos réactions automatiques.

L’affirmation de soi c’est d’abord savoir identifier mes droits et besoins

Avant de m’affirmer dans une situation précise il faut d’abord que je sache ce que je veux. Un timide aura tendance à faire passer les autres avant lui et à se préoccuper plus de leur besoin que des siens. C’est parfois nécessaire et louable d’adopter ce comportement, il n’est d’ailleurs pas recommandé d’être affirmé 100% du temps.

Par contre c’est quand même plus satisfaisant de pouvoir faire preuve d’affirmation de soi quand on le souhaite. Nous avons tous le droit au respect, à l’écoute, d’exprimer nos pensées, émotions, goûts, différences. Egalement le droit à l’erreur, de changer d’avis, de ne pas tout savoir, bref de la tolérance. Ce n’est pas aux autres de deviner ce que je veux ou ressent, c’est à moi de l’exprimer. Enfin je ne peux pas exiger de l’autre qu’il satisfasse à mes besoins, j’ai simplement le droit de l’exprimer.

S’affirmer cela s’apprend et va en plus développer votre confiance. Si vous avez confiance en votre capacité à défendre vos droits face aux autres alors vous allez gagner en confiance général.

Utiliser le « je » lorsque je parle

Au lieu d’utiliser le « on », « il » ou « tu » pour s’exprimer, utilisez le « je ». Ainsi vous vous impliquez plus, parlez vraiment de vous et ne vous cachez pas derrière un « on » général.

Au lieu de dire « il fait chaud », dites « j’ai chaud ». C’est vous qui avez chaud, une autre personne peut très bien se sentir à l’aise avec la même température. C’est juste un exemple pour débuter dans l’affirmation de soi, un exemple plus impliquant serait : « C’est énervant quand tu ne nettoies pas », deviendrait : « Je suis énervé quand tu ne ranges pas ». Dans le 1er cas la personne peut répondre que non ce n’est pas énervant, mais dans le 2nd cas, lorsque que j’exprime mes émotions, mes pensées (je ressens ça, je pense ça), la personne ne peut pas nous dire : « non tu ne ressens/penses » pas ça ». Donc repérez dès que vous utilisez des généralités et tenter de corriger le tir par du JE.

En plus les autres vous percevrons comme une personne ayant confiance en elle, car vous osez exprimer vos opinions. Vous permettez également aux autres personnes d’en savoir plus sur vous.

 

Ne pas me justifier

« Je ne peux pas venir à ta soirée d’anniversaire parce que j’ai piscine et puis blablabla ».  Au lieu de chercher des faux arguments et peut être parfois mentir, évitez de vous justifier si quelqu’un vous demande plus de précision.

Parfois on se lance même dans des explications alors que la personne en face ne nous en demande même pas. Tout d’abord ce n’est pas parce qu’une personne nous demande quelque chose qu’on est obligé de répondre à sa question, nous avons le droit de choisir les informations que nous donnons et celles que l’on garde. De plus, se justifier donne des arguments et de la matière à l’autre pour insister. Je peux simplement répondre : « Je ne peux pas venir à ta soirée d’anniversaire ». Je peux très bien expliquer un peu plus si c’est une personne proche en disant la vérité : « Je ne peux pas venir à ta soirée d’anniversaire parce que j’ai vraiment besoin de me reposer ce week end ».

Ne pas ressentir le besoin de se justifier auprès des autres permet une meilleure affirmation de soi et de gagner en confiance en soi.


Me répéter

Et si la personne en face insiste lourdement dans sa demande ou vous demande pourquoi vous refusez alors il suffit de répéter la même phrase en gardant son calme : « Je suis désolé mais je ne peux pas te prêter de l’argent ». Au bout de 2/3 répétitions la personne en face va normalement abandonner.

Si jamais c’est le top du relou qui est en face, alors au bout de la 3ème demande dites simplement : « Ça me gêne que tu insistes autant, mais c’est non ».

Refuser de poursuivre la conversation

Il est parfois nécessaire de couper cours à la conversation quand la personne en face est agressive (hausse le ton, hurle), très énervée ou même vous insulte. Et ce même si c’est votre patron.

Exemple: « C’est une vrai merde ce rapport que tu m’as rendu, t’es qu’un nul, un zéro ».
Peut-être qu’en effet ce rapport n’était pas très bon, mais là il est important de refuser la forme, la manière dont la personne s’adresse à vous.

Vous pouvez répondre : « Ecoutez, il est hors de question que je parle avec vous si vous m’insultez comme ça ». Vous entendre répondre cela va vous donner confiance et aussi la personne en face vous respectera plus la prochaine fois.

Si jamais la personne continue ou dans le cas de quelqu’un vraiment menaçant, quittez la pièce et vous reprendrez la discussion une fois la personne calmée.

Voilà quelques conseils que vous pouvez suivre dès aujourd’hui pour exercer votre affirmation de soi et booster votre confiance.

Sources : Savoir s’affirmer en toutes circonstances (Dr Charly Cungy)
Cessez d’être gentil, soyez vrai ! Etre avec les autres en restant soi-même (Thomas D’Ansembourg)

 

Fermer le menu